Mercedes a choisi Amsterdam pour présenter sa toute nouvelle Classe A sous le regard des caméras et projecteurs. A l’entame, la nouvelle venue n’a pas tari d’arguments pour se faire véritablement admirer.

Premières impressions

C’était le 2 février dernier que la marque à étoile a levé le coin de voile sur la plus petite de ses modèles lors d’une présentation aux Pays-Bas. Cette quatrième génération de la Classe A peut être qualifiée de celle de la maturité car l’auto est devenue plus sobre que jamais. Avec un museau plus agressif que sa devancière, la nouvelle Classe A hérite de la silhouette adoptée pour la nouvelle CLS avec des optiques plus rectilignes et plus distinctives. Les rondeurs de la précédente classe A ont été conservées mais avec un petit détail d’horizontalité pour correspondre aux mensurations nouvelles.

Ce qui vieillit immédiatement l’ancienne Classe A est la console de la nouvelle, entièrement numérique et parfaitement similaire à celle de la Classe E Coupé. La cohérence du récit allemand ! Selon les finitions, on peut bénéficier de trois configurations possibles. Deux fois 7 pouces de diagonale, une dalle de 7 pouces et de 10,25 pouces et enfin deux fois 10,25 pouces pour les versions plus luxueuses.

Mercedes-Benz A-Class – Interior: Upholstery DINAMICA microfibre / ARTICO man-made leather. Exterior: designo mountain grey magno

La voiture devient plus longue de 13cm ce qui lui permet d’atteindre les 4,42 mètres difficilement percevables, mais toutefois gentillement constatées par les passagers arrières. Le volume du coffre progresse aussi de 29 litres afin atteindre la bagatelle de 379 litres en configuration 5 places. Soit 10 litres de mieux que la BMW Série 1 et 10 litres de moins que l’Audi A3. Comparaison n’est pas raison ! mais en principe l’Audi A1 n’osera pas jouer dans cette catégorie en matière de volume.

Déjà disponible en concession dès mai 2018, la nouvelle Classe A aura droit à son bain de foule ce mois-ci à Genève car présenté officiellement à tout public. De notre côté, nous attendrons sagement les premiers trajets pour vous en dire plus sur cette quatrième génération de Classe A portant le nom de code interne W166.

Certainement le plus prestigieux des salons automobiles européens et mondiaux, le salon de Genève GIMS 2018 est le lieu où professionnels du secteur, constructeurs et usagers se retrouvent chaque année pour l’un des plus grands événements de la capitale helvétique. Nous avons recueilli les réponses à nos questions dans une interview exclusive d’André Hefti, directeur du salon. Details

La nouvelle BMW série 6 Gran Turismo remplace valablement son prédécesseur, la série 5 Gran Turismo, pour enfin clore le débat sur la sensibilité des esthètes. Notre tour d’horizon de cette nouvelle sortie de la firme bavaroise.

Premiers contacts

A première vue, la remplaçante de la série 5 GT rassure son conducteur car elle tranche littéralement avec son devancier, produit pendant 8 ans (de 2009 à 2017) et rare sont d’ailleurs les amateurs de BMW qui regretteront sa fin de production. Néanmoins, la désormais regrettée série 5 GT offrait quand même de l’espace très généreux en habitabilité et en volume de coffre. La série 5 GT est morte ! Vive la série 6 GT. Pour cette nouvelle version, la firme allemande a voulu allier luxe et modernité afin de correspondre au mieux à la logique du renouvellement des modèles de la marque.

Le nouveau désigne a évolué vers du haut de gamme de même que le gabarit qui s’agrandit de 15 cm pour atteindre généreusement les 5,09 mètres de long. Cette cure d’agrandissement profite bien évidemment aux passagers et favorise aussi un volume de coffre allant de 610 à 1800 litres.

   

Technologies et imagination

A bord, on remarque la planche de bord empruntée à la berline série 5 ainsi que la quasi totalité de l’équipement classique et d’info-divertissement. Les ingénieurs n’ont même pas voulu laisser un peu de nostalgie aux amateurs de BMW. Rien de commun avec la série 5 GT cette nouvelle série 6 ! on a l’impression que les termes de son cahier des charges restent les mêmes : combiner la garde-au-toit d’un grand monospace et la longueur aux genoux d’une limousine, avec une banquette plus basse et plus confortable que dans un SUV. Certes, l’imagination est unique, mais on se demande si BMW n’est pas entrain de nous préparer à des prémices d’un nouveau segment : un break-SUV !

  

Moteur et tarifs

Pendant toute son existence, la série 5 GT a sacrifié son élégance au profit du confort de ses passagers. Sa remplaçante apporte non seulement du neuf dans l’esthétique mais aussi sous le capot. C’est donc dire que la montée en gamme fait aussi partie de la refondation du modèle. On le constate avec les moteurs qui montent aussi en gamme avec un 258 ch en essence et un 265 ch en diesel pour commencer. Un peu comme pour se racheter, BMW inaugure les tarifs de départ entre 63.000 et 85.000 euros. Elle coûterait donc un peu plus chère que la berline série 5, ce qui lui permet de s’intercaler définitivement entre elle et la série 7.

Notre bilan

Pour un premier trajet, le 30d paraissait le mieux car représente en effet un grand volume de vente. Si on se fit bien sûr à l’historique de l’ancien modèle. Nous avons pu constater un couple presque camionesque de 620 Nm à 2000 tr/min pour atteindre le zéro à 100 km au delà de 6 secondes. Le comportement routier assure un confort appréciable avec les jantes de 20 pouces jusqu’au moment où l’agilité de la voiture en prend un coup. Vous l’aurez compris ! La série 6 GT (notre model de trajet) est un peu lourde quoique vous pouvez assurément en tomber amoureux sans devoir vous justifier auprès de vos amis et de votre belle famille.

Pour sa 96ème édition, le salon automobile de Bruxelles dédie 66.000 mètres carrés d’exposition sur une dizaine de jours pour transformer les palais du Heyzel en un incontournable événement populaire qui propose quelques particularités cette année. La Feuille Diplomatique a rencontré Pierre Lalmand, directeur du salon, qui a bien voulu prêter attention à nos questions. Details